Sexe News

Du flirt à l'épanouissement sexuel.
Publication:
05/2016

Le flirt participe à la construction de l'identité de l'individu mais il est également participatif dans la découverte de l'épanouissement sexuel.

 "L'épanouissement sexuel"

Longtemps rattaché au mot français "fleureter" qui signifie "voler de fleur en fleur", le verbe "FLIRTER" va prendre sa signification contemporaine :"Avoir des relations amoureuses plus ou moins chastes" ou encore "Essai de rapprochement entre deux entités" au 19 ème siècle.

 

Cette façon de faire est généralement associée à la période de l'adolescence. En effet cet agir va permettre au jeune de découvrir les émois de son corps au delà de sensations déjà éprouvées par des actes auto-érotiques.

C'est au cours de cette période que le jeune va s'approprier son identité au travers de toutes les influences auxquelles il est soumis que cela soit son milieu familial, scolaire, relationnel, culturel... Il se construit en individu avec des valeurs qu'il s'approprie, une façon personnelle de penser, une façon d'apprécier les choses et les évènements..., une manière d'agir ou à l'inverse de ne pas réagir dans la vie...Cette identité naissante ne pourra s'établir que si celle-ci lui est reconnue par son entourage.

 "Les émois de son corps"

C'est dans cette mouvance que l'adolescent va s'aventurer sur le chemin des émois: Emois de son corps, émois de ses sentiments.

Dans la pratique du flirt, il y a tout d'abord une approche tentée vers l'autre ; le toucher, se laisser toucher, se laisser envahir par des sensations nouvelles qui sont jusque là souvent non encore éprouvées. Une dimension nouvelle va se vivre qui est celle de se laisser entrainer par et dans ces sensations ressenties.

 

Dans la pratique du flirt, le jeune va être également confronté à demander à l'autre cette autorisation à pouvoir établir un contact plus intime et d'en attendre la réponse.  Il va se confronter aux limites imposées (ou non) par le/la partenaire, se confronter à ses propres limites et autorisations. A devoir dompter ses désirs et envies, à prendre en considération les attentes de l'autre,  son humeur, à éprouver parfois de la frustration...

Il va dans ces mouvements d'essais-erreurs et essais-succès s'approprier ses pulsions mais également son corps ; l'apprivoiser, le reconnaître, le découvrir comme étant sien. Le flirt n'engage pas forcement à la relation sexuelle même si souvent il l'inaugurera. Mais gardons à l'esprit que ce sont deux actes séparés bien que souvent complémentaires.

 

Dans la construction d'un être sexué, cet agir que représente le flirt à toute son importance.

Lorsque celui-ci pour des raisons qui peuvent être diverses, par exemples : raisons philosophiques, morales, peurs d'aller vers un touché avec connotation sexuée, peur de son corps, dégout ou rejet de celui-ci...ce flirt ne peut être vécu. On rencontrera parfois une combinaison où l'acte sexuel est souhaité voire envisagé mais avec la présence d'une difficulté voire parfois une impossibilité à aborder l'autre ou à  se laisser aborder.

 " Se laisser envahir par des sensations nouvelles"

Le flirt de l'adolescent lui a permis de s'approprier des sensations, le tout dans un contexte d'agitation des sens et des émotions. Il lui a également souvent permis d'en apprécier leurs présences. Et ce faisant à amener progressivement l'individu vers un contact plus intime mais aussi à "dompter" ses sensations, à s'en laisser envahir, à s'y perdre en sachant en revenir...

 

Lorsque ce flirt n'a pu être goûté.

L'individu une fois l'âge adulte atteint constatera que tout ce qui à trait à la sexualité est resté dans le domaine de l'imaginaire et ce avec une "non" appropriation des ses propres émois corporels et souvent sentimentaux car non expérimentés.

Ce non vécu corporel entrainera l'individu vers une sensation de "décalage" lorsqu'il deviendra acteur d'une rencontre. Décalage entre celui ou celle qui a expérimenté ce flirt et dès lors ce vécu corporel des sensations et celui ou celle qui en sera profane. Souvent la patience permettra de rattraper ce contre temps, la condition étant de rester éveillé aux diverses sensations éprouvées par son propre corps.

Dans ce cas de figure un passage à l'acte sexuel trop rapide n'apportera souvent pas la plénitude imaginé, fantasmé et surtout escompté.

 "La sexualité restée dans le domaine de l'imaginaire"

Ceci dit, rien n'est jamais du domaine du trop tard, ce qui se vit spontanément à l'adolescence demandera souvent à être plus intellectualisé à l'âge adulte pour oser être expérimenté. Mais le chemin de la découverte des sensations agréables que peut représenter un touché sensuel et tendre est à la portée de tout un chacun. Pour autant que celui ci se réalise à un rythme convenant aux différents protagonistes, dans une ambiance de respect et de confiance réciproque.

Auteur de l'article

Véronique Lovens - Sexologue

Sexologue clinicienne à Liège - Master en Sexologie et diplôme d'étude approfondie en sexologie - Formée aux thérapies relationnelles, tests de personnalités - Spécialisée en santé mentale et psychiatrie.

Pourquoi ce blog?

Dans ces rubriques, vous trouverez différents articles, histoires, conseils, références de lectures...
Le but est de vous laisser porter par votre intérêt du moment et d'y revenir suivant vos souhaits...

Auteurs et intervenants

Véronique Lovens - Sexologue
Consultation & ContactBlog & NewsFAQTémoignagesTraitements et solutionsQui suis-je